loading... 
  • Interview
  • Vibrations
  • Changement
  • Réussite
  • Communication
  • Valeurs
  • DVLopp Com’
  • Vibrez
  • Résonnez
  • Partagez
  • Changez
  • Expériences
  • Art
  • Avis
  • Rencontres
  • Osez
  • Créatif
  • Idées
  • Challenge
  • Méthodes
  • Pro actif
  • Entreprise
  • Comprendre
  • Allez
  • Contenus
  • Théâtre
  • Teaser
  • Du tac au tac
  • Bien être
  • Voyage
  • Planning
  • Commentaires
  • Publications
  • Informations
  • Mots
  • Activité
  • Atouts
 
Home Le bien être en entreprise

Une journée à handicap (2/2)

« Back

 

                                                                                                       Une journée à handicap (2/2)

 

Logo - Adapt

 

Simon  (prononcé Symon à l'anglaise)  nouveau stagiaire journaliste à la revue "CULTURUS"  média qui a le vent en poupe, a été propulsé bien malgré lui par sa direction rédactionnelle - peu à l’aise vis à vis du handicap - à la MDPH dans le 9ème arrondissement.  Il s’agit d’interviewer une personne handicapée pour faire plaisir au nouveau premier Ministre. En effet ce dernier doit visiter les locaux de la rédaction dans 3 mois, et sa mère est handicapée suite à un accident de circulation survenu il y a 4 ans. Simon fait la connaissance de Michel en chaise roulante, qui lui chante la chanson "Comme d’habitude" de Claude François…  

 

Je me lève difficilement, et je te bouscule

Tu ne me dis rien comme d’habitude

Sur toi je n’arrive pas à remonter le drap

Mon fauteuil sans mes jambes m’en empêche, comme d’habitude

Ma main droite ne caressera plus tes cheveux

C’est la faute à pas d’chance, comme d’habitude

Mais toi malgré cela, tu ne me tournes pas le dos

Comme d’habitude

 

Et puis je m’habille difficilement

Je sors de la chambre

Comme d’habitude

Tout seul j’arrive à préparer mon café

Je ne suis pas en retard

Comme d’habitude

Mon fauteuil grinçant, je quitte l’appartement

Tout est gris dehors

Comme d’habitude

J’ai froid, je remonte ma couverture

Comme d’habitude

 

Comme d’habitude, toute la journée

Je ne vais jamais faire semblant

Comme d’habitude je vais sourire

Comme d’habitude je vais même rire

Comme d’habitude, enfin je vais quand même vivre

Comme d’habitude

 

Isabelle -  Hé Michel, tu nous pousses encore la chansonnette !

M - Tu me connais, celle-là c’est ma préférée. Alors Simon, elle vous plaît ma chanson "reworké" comme on dit maintenant !

S - Ah oui, c’est fort ! Je n’avais pas fait attention à cette similitude des paroles avec votre handicap !

M - Et bien voilà ! Vous arrivez à le prononcer sans hésiter maintenant, bravo ! Bon, pour en revenir à votre sujet, vous devriez trouver quelqu’un qui se fera un plaisir de vous parler. T’endends ça Isa ?

I -  Attends, je finis mon chapitre…

La jeune fille qui se prénommait Isabelle avait posé sa canne blanche à côté d’elle sur le mur, un casque audio sur les oreilles. Elle était toute coquette avec ses nattes qui tombaient sur ses épaules. Elle riait parfois aux éclats toute seule, les yeux cherchant du regard quelque chose qu’elle n’arrivait plus à accrocher depuis bien longtemps. Au départ j’eus comme l’impression qu’elle était un peu dérangée à rire toute seule, sans personne autour d’elle…

Michel me prit par la manche. Je remarquais une alliance à l’annulaire.

M - Chut ! Elle est en train de lire un bouquin…

Et moi je suis en train de préparer un clafoutis, pensais-je naïvement.

S - Ah, elle lit ! Bien sûr ! fis-je. Sûrement le livre de l’homme invisible !

M -  Vous n’y êtes pas du tout ! C’est un livre audio, c’est très pratique et avec l’avènement du numérique c’est encore plus simple d’utilisation.

S - Ah oui ! On en trouve de plus en plus à la FNAC.

M - Oui, sauf que celui-là  est  enregistré par le biais des bibliothèques sonores grâce aux donneurs de voix, vous devriez vous y mettre, vous avez une voix à la Jean Rochefort, on ne vous l’a jamais dit ?  Même si ce n’est pas un critère d’avoir une belle voix, tout le monde peut le faire, il faut juste y consacrer un peu de temps.

S - J’y penserai, fis-je.

Isabelle retira son casque audio.

I - Michel, il faut absolument que tu lises le tome 1 de l’Odieux connard, c’est à mourir de rire !

M - Ok, j’irais l’acheter,  tu es toujours de bon conseil !

 - Le voilà !

Tout à coup une voix venait de crier.

- Il arrive ! Tenez-vous prêt !

S - Qui arrive ? demandais-je.

I -  Le nouveau premier Ministre voyons ! Une visite surprise à la MDPH*, c’est pourquoi il y a plus de monde aujourd’hui !

S - Ah je comprends mieux maintenant !

En 2 secondes je me mis à penser que je  tenais là une chance incroyable ! Parler au nouveau chef du gouvernement pour mon premier reportage, ce serait un scoop pour "CULTURUS" qu’il ne fallait pas louper ! J’imagine la tête de Jérôme s’il me voyait à 15 mètres du dirigeant !

Entouré d’une horde de journalistes et d’officiels, il  serra des mains en prononçant un mot pour chaque personne rencontrée, puis vint se mettre devant le micro pour commencer son discours.

Premier Ministre - …et je tenais à remercier tout particulièrement le CDCPH *, la CDAPH*, sans oublier l’AGEFIPH aidée par le CCAH* et la CNSA* qui participent grandement à ce que le CICAT* puissent prendre les bonnes décisions. Et puisque l’on parle beaucoup de l’Europe en ce moment, j’ai demandé que le CFHE* soit bien présent lors du prochain forum économique  de Davos. Et je m'insurge contre ceux qui voudraient polémiquer sur la soi-disant baisse de la GRTH* ! C’est de la malhonnêteté intellectuelle ! Et je profite de ma venue pour annoncer que : moi, premier Ministre,  je ferais en sorte que le GEVA* soit toujours mis à jour. Moi, premier Ministre, aucun ITEP* ne sera délocalisé. Moi, premier Ministre, je compte lancer dans les semaines à venir un audit sur le PAVE*. Moi, premier Ministre, je veillerai à ce qu’aucune CLIS* ne soient supprimées…

Je ne l’écoutais déjà plus. Je ne pensais qu’à une chose, l’approcher et lui poser une question qui le fasse réagir.

M - Bon, j'aurais vu le premier Ministre... mais c’est pas tout, il faut que j’aille travailler tout de même, me fit Michel.

S - Ah ! Vous avez un emploi ?

M - Bien sûr ! Tu me prends pour qui ? J’aurais pu participer à l’émission "La tête et les jambes" ! De quel côté à ton avis ? Ahhh ahhhh ! Attention , c’est une question à 1000€ !

S - C’est certain, vous avez bien la tête sur les épaules !

M - Tu viens Isa ? On y va ensemble ? On fera la causette sur le chemin…

I - Non merci, je vais faire une course, je prendrai le métro pour aller à ImpecTechPro.

M - ImpecTechPro, c’est notre société. Grâce à elle, nous ne sommes pas restés sur le carreau, elle a fait de gros efforts pour nous accueillir. Moi je ne demande pas à ce que l’on me dresse un  tapis rouge tous les jours et que l’on me dise Amen à tout ce que je dis de par mon statut de handicapé.  Mais la DRH et les collègues font preuve d’empathie, et ils sont très compréhensifs et à l’écoute d'une façon générale pour résoudre les problèmes de tout le monde qui pourraient surgir. J’ai pu changer 2 fois de poste pour diverses raisons, ce n’est pas le cas de beaucoup de mes amis qui ne sont pas plus considérés qu’un salarié lambda, et dont les postes n'ont pas été aménagés. Honnêtement ils sont contents de nous, il existe un respect mutuel, on bosse bien et on s’amuse comme des p’tits fous, que demande le peuple, hein ?

S - Bon, salut alors !

M - Et bonne chance pour ton interview, firent-ils en quittant la salle.

 Je réfléchissais à ce que Michel venait de me dire sur sa société ImpecTechPro. Cela fait plaisir de voir qu'il y a encore des personnes qui savent ce que veut dire les mots DRH... Je restais donc seul  face à mon destin. Je finis par surveiller étroitement les gestes du premier Ministre qui commença à avancer vers des handicapés qui l’attendaient près de l’estrade. Je tentais de me faufiler parmi les gens. Je gagnais centimètre par centimètre en étudiant une ou plusieurs trajectoires possibles. J’y étais presque…

Ma mère m’a toujours dit que j’étais maladroit. Certes on peut le dire, mais parfois je suis un peu aidé par la malchance.

Alors que j’avançais, je sentis mon pied droit coincé sous une roue d’un fauteuil. Je tentais de résister mais la pression se fit de plus en plus forte. Je sentais que j’allais perdre l’équilibre… je le sentais. La question n’était plus de savoir quand, mais comment j’allais me récupérer dans les meilleurs conditions. Je vacillais au gré des mouvements de la petite troupe et…et je finis par m’étaler les bras droits  vers le chef du gouvernement !

Il eut le temps de me voir arriver et me tendit ses bras pour me retenir. Nous nous enlaçâmes l’espace d’un instant devant des flashs et des exclamations de surprise !

C’est alors, allez savoir pourquoi, que je me souvins en une fraction de seconde d’un article que j’avais lu dans le journal "Le Monde" 2 semaines auparavant au sujet de la mère du premier Ministre.

S - Et votre mère ?  Comment se porte-t-elle ? lançais-je dans un souffle désespéré.

Il me regarda l’air étonné comme un hérisson la nuit devant les phares d’une automobile.

PM - Mais elle va beaucoup mieux, merci ! Monsieur ?

S - Simon Gepp Monsieur le premier Ministre, mais il faut prononcer...non laissez tomber …Simon Gepp de la revue "CULTURUS".

PM - Enchanté ! Oui, cela me dit quelque chose, je crois me souvenir que je vais visiter votre rédaction prochainement. Passez donc me voir au Ministère la semaine prochaine,  je vous accorderai 30 minutes pour une interview.

Il se tourna vers son secrétaire.

PM - Raymond, vous pouvez annuler ma visite chez "CULTURUS".  

Puis se tournant vers moi.

PM - Nous n’éluderons aucune question Monsieur Gepp, je pense même que cette rencontre restera comme la plus importante de notre début de quinquennat face aux destinées de la France….Et au fait, plus tard cela vous dirait de venir rejoindre mon service de presse ?

Je fus tellement sous le choc, que j’en tombais assis sur les genoux d’un jeune homme, derrière moi en chaise roulante…

 

                                                                                 FIN

 

"Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existées ne saurait être que fortuite. "

Lien vers la première partie

http://www.humanvibes.com/content/une-journee-a-handicap-1-2?ck=le-bien-etre-en-entreprise

Marc / Humanvibes

 

 

GLOSSAIRE

 

MDPH*

Maison Départementale des Personnes Handicapées

CDCPH*

Conseil Départemental Consultatif des Personnes Handicapées

CDAPH*

Commission des Droits et de l'’Autonomie des Personnes Handicapées

AGEFIPH*

Association de Gestion des Fonds pour l'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées

CCAH*

Comité national Coordination Action Handicap

CNSA*

Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie

CICAT*

Centre d'Information et de Conseil sur les Aides Techniques

CFHE*

Conseil Français des Personnes Handicapées pour les Questions Européennes

GRTH*

Garantie de Ressources des Travailleurs Handicapés

GEVA*

Guide d’évaluation des besoins de compensation des personnes handicapées

ITEP*

Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques

PAVE*

Plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics

CLIS*

Classes d'Insertion Scolaire

 

Tous les commentaires ()
Connectez vous ou  inscrivez vous dès maintenant pour publier un commentaire!