loading... 
  • Interview
  • Vibrations
  • Changement
  • Réussite
  • Communication
  • Valeurs
  • DVLopp Com’
  • Vibrez
  • Résonnez
  • Partagez
  • Changez
  • Expériences
  • Art
  • Avis
  • Rencontres
  • Osez
  • Créatif
  • Idées
  • Challenge
  • Méthodes
  • Pro actif
  • Entreprise
  • Comprendre
  • Allez
  • Contenus
  • Théâtre
  • Teaser
  • Du tac au tac
  • Bien être
  • Voyage
  • Planning
  • Commentaires
  • Publications
  • Informations
  • Mots
  • Activité
  • Atouts
 
Home Communication

Lettre à Yann Barthès

« Back

 

                                                                                                                   Lettre à Yann Barthès

 

  Lettre à Yann Barthès

   Crédit photo © Ben Dauchez - TMC.

 

Yann Barthès, le 09 octobre 1974 vous apparaissiez aux yeux du monde avec la banane, alors que la plupart des bébés naissent en pleurant, c'est dire que vous commenciez bien votre entrée dans la vie. Elève au collège Jean Mermoz à Barby (je ne parle pas de la poupée mais bien d’une commune de Savoie avec un Y bien connue des pêcheurs qui aiment taquiner le féra, et non pas le merlan qui est un poisson d'eau de mer). Elève au collège Jean Mermoz à Barby disais-je, où amoureux de la nature, on vous voyait souvent partir avec votre duvet sous le bras pour dormir à la belle étoile. Vous étiez aussi  le premier pour vous porter volontaire pour passer la tondeuse non pas sur les jambes de votre voisine de classe Yvette, mais sur le carré de pelouse dans la cour de récréation.

Mais cette passion pour la tonte faisant de vous le chouchou auprès de la Directrice vous attira la jalousie d’un  de vos camarades, qui lors d’un match de foot vous asséna un balayage bien appuyé aux membres inferieurs qui vous laissa sur le flanc pendant 3 mois à l’hôpital. Il faut dire que vos jambes avaient pris une forme de moustache en guidon qui laissait dépasser vos pieds de chaque côté de la couette, ce qui vous interdisait de rester debout. Vous gardez de ce moment un souvenir mémorable,  les charmantes filles de votre classe se précipitant en se crêpant le chignon pour accéder à votre chevet, vous couvrant de cadeaux mais surtout de bisous. C’est d’ailleurs grâce à cela que vous avez pu pécho un max au nez et à la barbe de vos camarades ce qui en défrisa plus d’un !

C’est pendant ce joyeux repos forcé que vous avez décidé de vous orienter vers le journalisme, mais sans le dire à personne car vous ne vouliez pas vendre la mèche. Finalement, en intégrant pendant trois ans, de façon permanente de 1995 à 1998, l'Institut des sciences de l'information et de la communication IUP de l’université Bordeaux III, il n’y avait plus de doute quant à votre avenir professionnel.

En 1998, vous êtes stagiaire au service communication de la chaine Canal + . C’est là que vous mettez un coup de collier pour vous faire remarquer. Vous faîtes ainsi des revues de presse qui décoiffent ce qui vous mettra en position de favori pour travailler avec Michel Denisot au Grand Journal en 2004. Bla bla bla bla, bla bla bla bla, oui je passe certains passages pour éviter d’être rasoir auprès du public. À partir de septembre 2016, vous vous mettez en ordre de bataille avec une grande partie de votre ancienne équipe présente sur Canal +, pour animer l'émission Quotidien sur TMC qui, ne coupons pas les cheveux en quatre, rencontre un franc succès.

Vous osez tout ou presque à l’antenne.  On vous prête l'idée  par exemple de jouer au jeu "Tu me tiens, je te tiens par la barbichette" avec Florent Pagny, ou essayer de poser des bigoudis sur la tête de Zinedine Zidane ce qui risque, je vous le dis d'emblée,  d'entrainer un gel de nos relations diplomatiques avec l’Espagne !  "Mis corones les ponen en la mesa ! " est votre devise qui vous aide à renverser des montagnes. Oui,  car vous parlez couramment la langue de Cervantes (on l'a vu récemment avec l'acteur ibérique Javier Jardem) aussi bien qu’une shampouineuse vous donne des frissons dans tout le corps en vous malaxant le cuir chevelu.

Je finirai cette lettre par un scoop ! En effet peu de gens le savent, mais comme Michel Drucker vous venez sur le plateau avec votre animal favori pendant le direct. Je veux parler de "Moumoute" votre chat angora que vous cachez à vos pieds sous votre bureau. La preuve ? "Arrête Moumoute, tu me chatouilles !" est la phrase que certaines personnes du public auraient entendue durant les coupures publicitaires quand vous faite mine de prendre une bouteille d’eau...

Continuez pour notre plus grand plaisir à faire vos interviews au poil ce qui j’en suis sûr vous rapportera la coupe du meilleur interviewer de l’année.

Bien cordialement,

 

Marc / Humanvibes

 

Et pour aller plus loin :

Interview de Yann Barthès sur France Inter début Septembre 2016 avant le lancement de l'émission Quotidien.

Yann Barthès - France nter - Youtube

 

Marc / Humanvibes

 

Tous les commentaires ()
Connectez vous ou  inscrivez vous dès maintenant pour publier un commentaire!