loading... 
  • Interview
  • Vibrations
  • Changement
  • Réussite
  • Communication
  • Valeurs
  • DVLopp Com’
  • Vibrez
  • Résonnez
  • Partagez
  • Changez
  • Expériences
  • Art
  • Avis
  • Rencontres
  • Osez
  • Créatif
  • Idées
  • Challenge
  • Méthodes
  • Pro actif
  • Entreprise
  • Comprendre
  • Allez
  • Contenus
  • Théâtre
  • Teaser
  • Du tac au tac
  • Bien être
  • Voyage
  • Planning
  • Commentaires
  • Publications
  • Informations
  • Mots
  • Activité
  • Atouts
 
Home

Interview d'Ana-Maria et Antonin : Le beau duo de la Maison Watterlot

« Back

 

 

   MB(2018) - Ana-Maria et Antonin - Maison Watterlot -

 

Ana-Maria et Antonin bonjour, vous avez fini 2ème au concours de la meilleure boulangerie de France 2018 diffusé récemment sur M6, pourquoi se présenter à cette émission ?

ANTONIN - Nous avons été agréablement surpris d’apprendre que ce sont des clients qui nous avaient inscrits, tout simplement.

Ce sont des clients bien sympathiques !

 ANA-MARIA - Tout à fait ! Un jour, nous avons reçus un appel de la maison de production Endemol pour savoir si cela nous intéressait de participer à l’émission sur M6, suite à la démarche de nos clients. Ils nous ont donné des explications sur le déroulement du tournage, les dates etc. Nous nous sommes dits pourquoi pas ! Il y avait quand même en amont une sélection, nous avons envoyé des photos de notre magasin, quelques recettes et 2 mois après nous étions choisis pour représenter, parmi d’autres, la région des Hauts-de-France au mois de juin.

Avez-vous conservé certaines de vos créations pour votre clientèle  que vous avez dû réaliser durant l’émission ?

ANT – Nous avons gardé celle concernant le pain cet été, que nous avions intitulé "Escale à Saint-Val ". C’était un pain de saison où l’on travaillait l’ail des ours avec de la salicorne (plante maritime sauvage, NDLR), puis pour le produit phare nous avions déjà le "Gâteau Battu" qui est typique de la région et qui est présent naturellement tous les jours dans notre boutique. Par contre pour l’épreuve de l’ingrédient mystère avec les moules, nous ne la proposons pas car il serait difficile de les cuisiner de façon régulière, là on rentrerait plus dans le cadre de la restauration alors que nous nous consacrons seulement au pain et à la pâtisserie.

Que retenez-vous de votre aventure, n’avez-vous pas pris trop de risques en finale ? 

ANT - Oui, on a peut-être pris trop de risques, on va dire que l’audace n’a pas payé, mais nous sommes très contents !  Je pense que si l’on devait le refaire demain, on recommencerait la même chose.

AN -  Nous connaissant, on ferait pareil. Ce jour-là, on était en finale et nous avions envie de montrer ce que l’on savait faire. C’était aussi un challenge pour nous durant les épreuves de choisir les ingrédients, la forme, alors que l’on n’avait qu’une, voire deux heures pour une réalisation. Nous gardons un  très bon souvenir de cette expérience, on a fini deuxième mais nous n’avons pas de regrets, nous sommes très contents de notre parcours.

ANT - On a laissé une bonne image, je pense, de notre savoir faire en laissant parler notre créativité. On s’est fait plaisir et on s’est aussi bien amusé, c’est important.

Et comme on dit en Colombie d’où Ana-Maria vous êtes originaire : El que no arriesga un huevo, no saca un pollo ! (qui ne risque pas un œuf, ne prend pas un poulet, NDLR)

AN - (Rires.) C’est bien, c’est exactement ça !

ANT - (Rires.) Bien joué !

Merci ! Et avez-vous une anecdote particulière liée au tournage ?

ANT - Une anecdote ? Il y en pas mal ! Nous ne sommes pas habitués au monde de la télé, c’est particulier. Le cadrage était important, et par exemple on a dû y faire attention avec les gâteaux battus au moment de les enfourner et de les sortir du four…

AN - Il devait y avoir de belles images, mais il fallait aussi penser à la façon de faire nos réalisations. Les cameramen était supers, mais parfois on ne savait pas comment procéder que déjà ils voulaient savoir ce que l’on allait faire, et comment on allait le faire pour qu’ils puissent tourner le mieux possible avec nos réactions. C’est vrai qu’il a fallu s’habituer, s’adapter et gérer cela le mieux que l’on pouvait.

ANT -  Et les présentateurs étaient très sympas !

Justement, avez-vous gardé des contacts avec d’autres participants du concours, voire avec les présentateurs Bruno Cormerais (Meilleur ouvrier de France 2004 en boulangerie, NDLR), et Norbert Tarayre ? (Chef cuisinier, participant à  la saison 3 en 2012 de l’émission Top Chef, NDLR

ANT - On n’a pas revu Bruno Cormerais, mais nous avons échangé avec Norbert et nous sommes toujours en relation avec les boulangeries finalistes.

AN - On découvrait à la télé les boulangeries des participants que l’on avait côtoyés durant les épreuves. On se connaissait, mais nous avons découvert leurs établissements, comme le public, durant la diffusion des émissions et particulièrement celles de la finale. C’était très sympa de les voir dans leurs milieux professionnels et leur entourage, on s’envoyait des petits messages…

Gagnant ou pas, vous entrez dans une nouvelle dimension grâce à cette émission. Vous mesurez la différence avant et après ?

ANT -  Oui, il va certainement falloir un peu ce recul  pour que l’on mesure l’impact de notre passage aux émissions, même si je pense qu’il y a un côté éphémère au fil du temps. On espère quand même que cela va durer, nous sommes une jeune entreprise (la boulangerie est ouverte depuis 1 an et demi, NDLR) mais forcément il y a eu un effet "blast " au début auprès de ceux qui nous ont vus qui habitent en Baie-de-Somme, alentour en Picardie et en Hauts-de-France. Ils ont découverts nos produits et notre boutique à Saint-Valery-sur-Somme.

AN - On ne se rendait pas compte de l’intérêt que pouvaient avoir les gens pour nous durant les émissions. Nous avons eu beaucoup d’appels, nous avons reçu des lettres, on nous salue pour nous féliciter, tout le monde a toujours un petit mot gentil, c’est formidable ! 

Est-ce que la Colombie a suivi vos exploits culinaires ?         

AN - Je ne sais pas pour toute la Colombie ! (Rires.) Mais en tout cas toute ma famille et les amis ont regardé tout le programme avec les liens que je leurs envoyais, même si cela était difficile pour eux de comprendre. Ils connaissaient déjà le résultat bien sûr,  mais ils  ont quand même bien suivi nos passages et nous ont dit que l’on était beau à la télé ! (Rires.), c’était très drôle !

Pourquoi avoir choisi le nom de votre établissement Watterlot  ?

ANT - C’est notre nom de famille !

Ah ! D’accord !

ANT - Au départ nous voulions trouver autre chose, et puis on s’est dit pourquoi ne pas donner notre nom à notre enseigne ? Ce n’était pas notre première idée, mais finalement nous sommes très contents. Watterlot  c’est un nom dont on se souvient bien, en plus nous ne sommes pas loin de la Belgique et nous avons beaucoup de clients belges !  C’était bien de mettre en évidence notre nom à Saint-Valery-sur-Somme dont ma famille est issue, c’est devenu LA marque de notre établissement.

Et donc Saint-Valery-sur-Somme, c’est aussi une belle opportunité pour travailler autant les produits de la mer que ceux de la terre, je suppose ?

ANT - Nous essayons autant que possible de nous fournir avec des bons produits de chez nous, cela nous permet de les mettre en avant, et c’est vrai que Saint-Valery-sur-Somme est bien placé pour se procurer facilement ce que nous avons besoin.

Vous vous êtes rencontrés à Lyon à la Maison Sève, maître chocolatier-pâtissier. Cela a été le mariage réussi du sucré salé ?   

AN - Oui, c’est vrai !

ANT - On peut dire ça !

AN - C’est cela qui nous a aidé dans les épreuves. Je m’occupais surtout des garnitures, et Antonin des pâtes. Ce sont les 2 aspects de notre métier que chacun maîtrise le mieux, et je pense que cela a été un avantage. Sucré salé, oui j’aime bien ce mariage ! (Rires.)    

Est-ce que vous fournissez vos produits à des établissements autour de vous ?

ANT - Non, on travaille vraiment exclusivement pour nos clients. Nous avons déjà été sollicités, comme je pense de nombreuses boulangeries en France, mais c’est un choix de se consacrer à notre magasin et d’être à l’écoute de notre clientèle.

Pour revenir à la Colombie, Je me suis laissé dire que le chocolat prenait une grande place dans la cuisine, et cela je ne le savais pas…

AN - Oui, on utilise beaucoup le chocolat noir, cela permet d’épaissir les sauces et de donner un petit goût amer avec une touche sucrée, c’est très intéressant à travailler et c’est très bon !

Et vous vous servez parfois de recettes Colombiennes dans vos réalisations ?

AN - Oui, l’année dernière, on essaye toujours de trouver des choses nouvelles…

ANT - Nous nous sommes inspirés de cette cuisine avec une création en édition limitée pour Noël dernier : une bûche café-passion avec forcément du café de Colombie !

Ah ! Et donc pour Noël prochain, j’invite donc nos lecteurs.trices à venir visiter la charmante ville de Saint-Valery-sur-Somme, et de faire un détour à la Maison Watterlot ! 

ANT - Exactement ! On a prévu chaque année de surprendre nos clients, la nouvelle collection sera lancée le 03/12 prochain.

Un conseil important que tout le monde se pose : comment bien conserver du pain ?

ANT - Pour commencer la base : il faut prendre de la farine, si possible bio, au levain écrasée avec une meule de pierre, et préconiser plutôt les grosses pièces que les baguettes…

AN - Après il faut éviter de le trancher pour éviter de sécher les tranches. Ensuite nous mettons le pain dans du papier et jamais dans un sachet plastique ET le conserver dans un torchon pour éviter qu’il ne reste à l’air libre. En faisant cela, vous pouvez le conserver dans de bonnes conditions environ 4 jours…

Ana-Maria et Antonin, merci pour ces conseils précieux ! Et une question à laquelle vous auriez aimé répondre et que je ne vous ai pas posée ?

ANT - (En réfléchissant…) Pourquoi on a fait une brioche à 6 tresses lors de la finale ? (Rires.)

Vous ne faîtes pas de cauchemars avec ça, j’espère ?

ANT - Non au contraire, les Français aiment bien les seconds, nous sommes maintenant les "Poulidor" de la boulangerie ! (Rires.)

Ana-Maria et Antonin, merci.

AN & ANT - Merci à vous

 

Dédicace d'Ana-Maria et d'Antonin

 

Propos recueillis à la Maison Watterlot  le 03/11/18

 

Et pour aller plus loin :

La délicieuse carte des bûches de Noël 2018 !

       Maison Watterlot - Saint-Valery-sur-Somme

 

Lien vers l'interview "Du Tac au Tac" d'Ana-Maria et Antonin

http://www.humanvibes.com/content/interview-du-tac-au-tac-dana-maria-et-antonin-watterlot?ck=

La page Facebook de la Maison Watterlot, 95 Rue de la Ferté, 80230 Saint-Valery-sur-Somme / Tél. 03 22 30 11 13

https://www.facebook.com/watterlotpatisserie/

Office de tourisme de la Baie-de-Somme

http://www.tourisme-baiedesomme.fr/

 

Venez visiter la Maison Watterlot, ce sera un régal pour vos papilles et cela vous permettra de joindre l'agréable à l'agréable. Sans oublier d'arpenter les belles rues typiques de Saint-Valery-sur-Somme(80) et de vous promener le long de la Baie-de-Somme

MB(2018) - Maison Watterlot à Saint-Valery-sur-Somme(80) - Youtube

 

Marc / Humanvibes

Publié le 09/12/18

 

 

Tous les commentaires ()
Connectez vous ou  inscrivez vous dès maintenant pour publier un commentaire!